Partager l’information critique et autorisée au sein de l’industrie

Sommaire

Organisme indépendant sans but lucratif, l’Échange canadien de menaces cybernétiques (ECMC) aidera les entreprises et les consommateurs canadiens à se protéger contre les cyberattaques. Lancé en 2016, l’ECMC partagera de l’information sur les cybermenaces et les vulnérabilités parmi les entreprises, les organismes gouvernementaux et les établissements de recherche. Il fournira à ses membres et au public en général des analyses portant sur les enjeux de cybersécurité et agira comme point de contact pour les organismes de partage de cyberinformation d’autres pays.

Contexte

L’ECMC favorisera le partage d’information sur les cybermenaces et les vulnérabilités entre les entreprises, les organismes gouvernementaux et les établissements de recherche. Il fournira à ses membres et au public en général des analyses portant sur les enjeux de cybersécurité et agira comme point de contact pour les organismes de partage de renseignements sur les cybermenaces d’autres pays.

L’ECMC améliorera la collaboration en matière de cybersécurité entre les partenaires du secteur privé et du secteur public et renforcera leur capacité à protéger leur infrastructure névralgique, leurs données sensibles ou exclusives, ainsi que les renseignements personnels des clients.  En se joignant à l’ECMC, les entreprises et institutions de plus petite taille ayant des capacités plus limitées auront accès en temps opportun à des renseignements sur les menaces, à des trousses d’outils et à des fonctionnalités d’analyse qui leur permettront d’améliorer leurs cyberdéfenses. Les consommateurs canadiens auront eux aussi accès à des ressources gratuites qui les aideront à cerner et à contrer les cybermenaces, y compris le vol d’identité et la fraude.

Les membres fondateurs sont Air Canada, Bell Canada, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, HydroOne, Manuvie, la Banque Royale du Canada, TELUS, le Groupe Banque TD et la société TransCanada.